0 commentaires / Publié le par Geneviève Morin

Katherine et Jessica et leurs bébés Benjamin et Andy chez Esthétique Pure beauté à Mascouche

« Geneviève, il faut que je te parle. » Si vous saviez le nombre de fois que j’ai entendu cette phrase dans les dernières années ! Immanquablement suivie de trois petits mots. « Je suis enceinte. » Ces trois petits mots sont synonymes d’un immense bonheur, mais je ne vous cacherai pas qu’ils apportent leur lot de défis. 

 

Il faut s’y attendre quand on travaille dans un domaine presque exclusivement féminin. Cela dit, la première fois, j’avoue avoir été ébranlée. Contente pour elle, mais ébranlée. Ensuite, ça n’a plus arrêté : les employées m’annonçaient leur grossesse les unes après les autres ! Et je m’inclus là-dedans. J’ai eu mes deux enfants pendant le boom de naissances chez Esthétique Pure Beauté.

 

Si ma mémoire est bonne, les filles se sont relayées en congé de maternité pendant au moins trois ans. Elles commençaient à travailler chez nous, puis devenaient enceintes quelques mois plus tard. J’en étais presque venue à me demander si l’eau du centre était en fait une potion de fertilité ! (N’ayez pas peur de boire de l’eau quand vous nous visitez. On l’a fait tester et ce n’est pas ça, finalement !)

 

Je blague ; celles qui me connaissent savent à quel point ça me fait plaisir que la famille Pure Beauté s’agrandisse. Et quand les filles viennent nous voir avec leur bébé, ça me fait plus de petites joues à croquer et de petits pieds à chatouiller !

France et sa fille Ellie chez Esthétique Pure Beauté à Mascouche

Depuis, j’ai appris à prévoir le coup. Quand on m’annonce une grossesse, j’engage une fille avant que l’employée quitte en maternité. Ça me laisse le temps de la former et elle s’intègre mieux à l’équipe. Le plus beau là-dedans, c’est que je réussis chaque fois à garder cette fille dans l’équipe après le retour au travail de la nouvelle maman.

 

Mon entreprise est en pleine croissance, alors l’employée supplémentaire est plus que bienvenue. Ça me permet de mieux gérer les vacances, les imprévus et les maladies. Je peux aussi offrir un horaire plus flexible à celles qui ont parfois moins de disponibilités, qu’elles soient mamans ou non.

 

Bref, en entrepreneuriat, il faut savoir s’adapter et prendre la balle au bond. Je me demande même si je n’ai pas manqué l’occasion d’ouvrir une garderie dans la cour arrière du centre !

 

 

Pour apprendre à connaitre mes employées (et leurs bébés), suivez-nous sur Instagram !

 

 

Photo #1 : Katherine et Jessica, avec leur fils, Benjamin et Andy

Photo #2 : France et sa fille Ellie

 

 

0 commentaires

Laissez un commentaire

Tous les commentaires sont lus avant publication.